Cendres



Film 16mm
Durée : 29 min
Année : 2001
Production : Le Fresnoy / Studio National des Arts Contemporains
Réalisation : Siegfried Bréger

Un film en 16 MM-mono sans acteur mais avec de grands hommes.
[Léonide Lédianoï/Andréï Biély]
[Le prince Nicolaïevitch Muichkine/Fiodor Dostoïevski]
[Jan Hus/Jan Hus]

1909-1915 fut une période d'exaltation et d'extasesoù Biély se crut habité par le christ et source de lumière.Une fois revenu à son état normal, Biély (1880-1934)rédige une "lettre autobiographique"où il expose sa vieselon la grille de lecture de l'eurythmie sténérienne,
c'est à dire des rythmes internes à sa vie,essentiellement septennaux.C'est à partir des schémas conçus par Biély que s'élabore le scénario de Cendres."

Motif :

Évocation de la vie et de l’oeuvre d’Andréï Biely au travers des lieux (Dornach, Prague, Bâle) qu’il a traversé durant l’écriture de son journal « Carnets d’un Toqué » pendant les années 1909-1915.

Démarche :

Dans ce travail, j’ai mélangé les supports (16 mm, vidéo, photos, images d’archives, sons réels et sons enregistrés) afin de créer une articulation entre espaces traversés (film) et vies intérieures
(vidéo).

Texte :

« […] et elle a brûlé mon corps ; et mon corps s’est embrasé ; il est devenu la brillante torche des passions les plus viles ; et puis il s’est consumé ; à l’endroit où l’homme avait vécu, il n’est resté qu’une pincée de cendres froides; le vent a soufflé : la cendre s’est envolée, s’est dispersée dans l’air. L’homme n’est plus. »
Extrait : « Carnets d’un toqué » d’ Andréï Biély